À propos de l’auteur

coll_freddy

Avec cette Urban Fantasy menée d’une main de maître par Freddy Woets, un auteur à la bibliographie bien remplie que nous sommes très heureux d’accueillir chez Numeriklivres, nous sommes entraînés dans les méandres complexes d’un programme informatique dont l’élément majeur, Chalk, décide de prendre forme humaine pour vivre enfin ses fantasmes nés des multiples scénarios que lui soumettent les utilisateurs du logiciel. Du monde réel au monde de Llewella, la Gardienne de l’Étoile Lointaine, accompagnée de son fidèle Mac Andrew, le dernier des Dragons, tout se détraque sur le passage de Chalk, au grand dam d’Alfred, l’anti-héros de la série, qui se trouve bien malgré lui obligé d’agir pour tenter de rétablir un certain ordre au milieu du chaos.  

On est ici en plein dans les codes de l’Urban Fantasy, mais avec un plus indéniable, un humour parfois décapant qui rend tous les personnages très proches de nous. L’humour, dans vos romans, c’est essentiel ?

L’essence de mes romans ? La poésie et l’humour. Oscar Wilde et Boris Vian avaient l’habitude de dire que l’humour est la politesse du désespoir.

Le désespoir que m’inspirent les gens sérieux et responsables.

Sérieux dans leur complaisance d’humains d’attelage et responsables du monde tel qu’ils nous le laissent. Ils ont besoin d’un chef, d’un chien de tête pour tirer, leur vie durant, un tas de conneries à faire déborder les poubelles, à polluer le seul bien qu’on ait, la planète. Leur colonne vertébrale, déformée par le harnais, les empêche de lever les yeux au ciel, de voir l’univers. Alors, ils courent, ils courent vers la falaise, sous les aboiements du head-dog et les traites à payer.

Alfred a été un humain d’attelage jusqu’à ce qu’on le jette en préretraite. C’est alors qu’il se révolte. À sa manière…

Je pourrais sortir le pot de peinture glauque, mais je ne le fais pas.

L’univers de Llewella et du dernier des Dragons est un univers très onirique et poétique, avec des références aux grands mythes. Et en parallèle, votre écriture est très moderne, sans concession pour l’homme et la femme actuels. Le paradoxe, est-ce un effet de style que vous aimez particulièrement utiliser ? Comment construisez-vous vos histoires, comment aimez-vous travailler ?

Le style. C’est comme dire : « La peau ». Mon style, c’est moi, c’est ma mémoire, mon imagination, mon amour désespéré de l’espèce humaine, mon optimisme désespéré de son avenir. Comme le disait récemment Schlomo Sand sur France Culture : « Si on est sortis vivants du vingtième siècle, il n’y a pas de raison de se décourager »… J’adhère.

Le style. C’est comme dire : « La respiration ». Si j’arrête de respirer, je suffoque, pareil si j’arrête d’écrire et de rendre au plus juste ce que je ressens, les doigts sur le clavier, la tête ailleurs.

Le style. C’est un style de vie, un style de pensée.

Le style. C’est les acteurs de mes romans. Je dis acteur, pas personnage. Pour moi, ils sont vivants, des amis. Je les laisse libres de faire ce qu’ils veulent, je les observe, je suis le fantôme de mes livres. Ils prennent des initiatives qui m’étonnent, me ravissent, ne me déçoivent pas.

En commençant un roman, je ne sais jamais où je vais. Je me contente de suivre les femmes et les hommes de cette histoire, d’en faire le reportage. Je suis ailleurs, parmi eux ; du bonheur pur.

Je laisse l’effet de style à ceux qui n’ont pas de style, mais rêvent qu’on dise d’eux qu’ils en ont un ; leur ruse d’Homme invisible.

Llewella est la Gardienne de l’Étoile Lointaine, des Arts et des Sciences.

L’intimité la plus profonde de la matière est de l’énergie…

Tout ce que les hommes ont imaginé en art, en sciences depuis des centaines de milliers d’années s’est peu à peu matérialisé en un monde parallèle au nôtre. Llewella en est la gardienne.

L’Étoile Lointaine est ce vers quoi nous tendons tous, nous qui sommes à la fois notre but et notre chemin…

Vous êtes un auteur bien installé dans le paysage éditorial, avec une production très importante et de qualité. Quels sont vos projets à venir ?

Continuer la route avec les femmes et les hommes de mes livres.

NewLogoNL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *